Télécharger le dDossier de candidature Ai-je le profil ?

Le Bachelor Communication Design éditorial Sup’Édition est organisé autour de 6 Unités d’Enseignement (UE)

UE1 Art, culture et communication

Une bonne culture générale est essentielle. Elle permet de faire éclore de nouvelles idées et sources d’inspiration. À l’étudiant d’aller les chercher ! Il nourrit ainsi sa créativité en apprenant des concepts et savoirs communs. En décryptant le passé, on trouve souvent des explications sur les mouvements du moment…

Arts graphiques et typographiques, Histoire de l’Art, Culture de l’édition, Dessin, Français, Anglais professionnel

UE2 Conception de contenus

Être cohérent, savoir adopter différents styles d’écriture et rendre son contenu attractif suivant le public ciblé, c’est ce que l’on appelle l’éditorialisation. Chaque projet est une histoire ! Il faut en prendre soin et acquérir les bons réflexes pour aboutir à des contenus riches et percutants (texte, image, vidéo…).

Photographie, Vidéo, Conception-rédaction

UE3 Gestion éditoriale

Pour apprendre à gérer un projet de A à Z, l’étudiant explore toutes les étapes de la fabrication d’un produit papier ou numérique. Brief, planning, management d’équipe, relation client… L’étudiant apprend également à tenir compte de l’environnement éditorial, commercial et socio-économique, une qualité primordiale pour devenir un bon chef de projet.

Fabrication, Gestion, Chaîne éditoriale, Droit

UE4 Création et publication multisupport

Design, maquette, développement, captation vidéo, motion design… L’étudiant acquiert toutes les compétences pour réaliser et publier son contenu sous différentes formes et supports de lecture, en tenant compte des impératifs techniques de chacun. Il découvre de nombreux logiciels de Publication Assistée par Ordinateur (PAO).

PAO, Technologies Internet, Gestion de la couleur, Réflexes métiers

UE5 Projets professionnels

Tout au long de la scolarité, les étudiants réalisent des projets tutorés (beau livre, application tactile, livre interactif, vidéo…) qui mettent directement en pratique les enseignements qu’ils reçoivent. Ces projets sont très souvent édités et publiés. Ainsi, chaque étudiant peut enrichir son CV de réalisations concrètes pour valoriser ses compétences.

Projets éditoriaux print et numériques, Projets Boost

UE6 Stages en entreprise

Quel secteur ? Quel type de structure ? Obligatoires chaque année, les stages permettent à l’étudiant de choisir sa voie. Souvent, il peut découvrir un intérêt soudain pour un secteur qu’il n’imaginait pas aimer. C’est donc le moment de tester différents environnements professionnels, de développer son réseau, mais aussi de gagner en confiance et en expérience.

Détail du programme

  • UE1 et UE2 Art, culture et communication, conception de contenus : 190 h
  • UE3 et UE4 Gestion éditoriale, création et publication multisupport : 310 h
  • UE5 et UE6 Projets professionnels et stage en entreprise : 265 h
Le projet éditorial <em>Lumière sur ma Métropole</em>, 2017.
Le projet éditorial Lumière sur ma Métropole, 2017.

Un projet éditorial pour les étudiants de première année

Les étudiants travaillent sur un projet éditorial qu’ils doivent réaliser de A à Z.

Il s’agit d’un travail de groupe qui va permettre aux élèves de mettre en pratique l'enseignement reçu. Ils choisissent un thème, réalisent le contenu (textes et photographies) et son aspect visuel.

Le projet (par exemple un livre ou un jeu de société) sera imprimé et édité par les éditions Incunables 2.0 du Cercle digital et distribué dans les points de vente tourangeaux.

C’est une référence concrète qui viendra enrichir le CV et montrer le savoir-faire des étudiants.

Logo des Éditions Incunables 2.0 du Groupe ESTEN

Le stage de fin d’année, découverte du milieu professionnel

Les étudiants de première année doivent réaliser un stage dans le domaine de la communication, de la presse ou de l’édition d’un mois minimum pendant l’été.

Il permet d’avoir une première vision du milieu de l’entreprise et de mettre en pratique ses connaissances.

  • UE1 et UE2 Art, culture et communication, conception de contenus : 279 h
  • UE3 et UE4 Gestion éditoriale, création et publication multisupport : 209 h
  • UE5 et UE6 Projets professionnels et stage en entreprise : 413 h

Du papier au numérique :
le projet de deuxième année

Tout l’enjeu actuel de la communication est de savoir adapter ses propos aux supports de lecture. En première année, il s’agissait du papier, en deuxième il s’agit du numérique.

Toujours en groupe, les étudiants devront adapter leur projet éditorial en projet lisible sur tablette et smartphone et ajouter du contenu (photos, textes, vidéos) pour l’enrichir.

Exemples de projets éditoriaux numériques, 2017.
Exemples de projets éditoriaux numériques, 2017.

Silence, moteur, action !
C’est le moment de découvrir l’audiovisuel

En parallèle de la création d’application numérique, l’apprentissage de la vidéo est aussi au programme.

Écriture de scénario, cadrage, prise de vue et de son, éclairage, montage, motion design, l’étudiant découvre tous les aspects du monde de l’audiovisuel. Pour cela, l’école met à disposition tout le matériel nécessaire dans son studio photo/vidéo et son studio son. 

Le stage de deuxième année, l’affirmation de ses compétences

Toujours dans les domaines de la communication, de la presse et de l’édition, les étudiants doivent réaliser un stage de deux mois minimum.

C’est l’occasion pour eux de découvrir une nouvelle structure et de confirmer ou infirmer leur choix de spécialisation pour la troisième année.

Option communication audiovisuelle

  • UE1 et UE2 Art, culture et communication, conception de contenus : 249 h
  • UE3 et UE4 Gestion éditoriale, création et publication multisupport : 167 h
  • UE5 et UE6 Projets professionnels et stage en entreprise : 710 h

Option marketing digital

  • UE1 et UE2 Art, culture et communication, conception de contenus : 205 h
  • UE3 et UE4 Gestion éditoriale, création et publication multisupport : 209 h
  • UE5 et UE6 Projets professionnels et stage en entreprise : 710 h
Sup'Édition : trouver sa voie en se spécialisant

Préciser sa voie en se spécialisant

L’enseignement reçu en première et en deuxième année représente un ensemble de compétences indispensables pour être polyvalent.

La dernière année, quant à elle, permet à l’étudiant de se spécialiser dans le domaine qu’il affectionne le plus afin de personnaliser son cursus.

Deux spécialisations sont proposées : la communication audiovisuelle et le marketing digital. 

La première permet de développer l’écriture audiovisuelle, le cadrage, le motion design ou la 3D. La seconde approfondit les connaissances sur le référencement web, la stratégie de contenu et le community management.

Le projet personnel
de fin d’études

Tout au long de sa dernière année, l’étudiant doit élaborer son propre projet. Il doit être en adéquation avec sa spécialisation et utiliser le savoir-faire acquis durant le cursus.

Il sera présenté à la fois à l’écrit sous forme de dossier argumenté et à l’oral avec une présentation face à des professionnels.

Les projets Boost, des projets professionnels réels tout au long de l’année

Les projets proposés aux étudiants de troisième année sont d’un niveau professionnel. Attribués selon le profil et la spécialisation choisie, les Boost sont des réalisations concrètes qui comptent pour la validation du cursus et qui permettent aux étudiants d'acquérir de l’expérience.

Les certifications de langues

Préparées depuis la première année, les certifications apportent une garantie supplémentaire pour les entreprises sur le niveau d’expression des étudiants.

Ces certifications, Voltaire et TOEIC, respectivement pour le français et l’anglais sont reconnues dans tous les milieux professionnels.

ESTEN Sup'Édition : certification VoltaireESTEN Sup'Édition : certification TOEIC

Sup'Édition : une voie vers la vie professionnelle

Le stage de troisième année, une voie vers la vie professionnelle

Ce dernier stage permet de valider le cursus et de développer ses acquis. Sa durée (trois mois minimum) permet une réelle immersion professionnelle et une vue globale des spécificités du métier.

Le stage de fin d’études peut donner lieu à une proposition d’embauche dans l’entreprise où il a été effectué.